La solidarité électrique des régions pour maintenir un équilibre

Solidarité électrique : comment ça marche ?

Pour comprendre

En ce moment, vous consommez peut-être de l’électricité produite à l’autre bout de la France ou ailleurs en Europe. Pourquoi lui faire parcourir une telle distance ? Comment procédons-nous pour assurer l’alimentation de nos clients à chaque instant ? Découvrez les dessous de la «solidarité électrique» qui consiste à aiguiller les flux d’électricité depuis les zones de production vers les zones de consommation, en favorisant les sources d’énergie les moins chères. Cette solidarité électrique bien réelle et dont la contribution est encore plus importante avec le développement des énergies renouvelables.

L’enjeu : utiliser la complémentarité des sources de production et compenser les disparités territoriales

Tous les territoires ne sont pas logés à la même enseigne.

Côté production, certains disposent naturellement de conditions géographiques et climatiques favorables à l’installation d’énergies éolienne, solaire ou hydraulique. Dans certains territoires, la forte augmentation de la consommation a justifié l’installation de moyens thermiques comme le nucléaire par exemple. Enfin, historiquement des centrales à gaz ou à charbon se sont construites près des endroits où ces ressources étaient produites.

Côté consommation, les habitudes de vie, le tissu industriel ou la dynamique de la démographie influent sur notre consommation d’électricité. Les équilibres entre zones productrices et zones consommatrices peuvent s’inverser au cours de la même journée, des saisons ou de l’année. Ainsi, les panneaux photovoltaïques installés sur les toits des pavillons dans les quartiers résidentiels produisent, en journée, une électricité qui sera exportée et utilisée au moment où elle est nécessaire, dans les bureaux et les principaux centres de consommation. En retour, ces zones résidentielles resteront alimentées en électricité la nuit tombée par une électricité produite dans des zones plus éloignées. De même, une centrale thermique peut être arrêtée pour des raisons de maintenance, modifiant le trajet des flux d’électricité autour d’elle. Le niveau des barrages hydrauliques change également au cours des saisons, ce qui modifie leur capacité à produire.

On comprend donc que les équilibres entre production et consommation ne sont figés ni dans le temps ni dans l’espace. C’est bien la mutualisation des moyens de production et la complémentarité des sources d’énergie à l’échelle d’un territoire, d’un pays et d’un continent qui permettent d’assurer la livraison à tout instant d’une électricité sûre et fiable. Ainsi, Madrid, Paris, Berlin sont trois villes européennes aux conditions climatiques et aux modes de vie différents. Solaire du sud, vent du nord, dîners à 22 h, 20 h ou 18 h sont autant de facteurs qui permettent de gérer intelligemment la courbe de consommation. En optimisant lieux de production et de consommation, le réseau de transport d’électricité permet d’assurer la solidarité électrique des territoires.

Aujourd’hui, le développement des énergies renouvelables accentue la contribution de la solidarité électrique. Il modifie la carte de la production électrique. Ainsi, le pourtour méditerranéen est propice au développement du photovoltaïque alors que les conditions de vent favorisent l’implantation de parcs éoliens terrestres dans le nord-est, le centre et la vallée du Rhône. Au large des côtes normandes ou de la côte atlantique, les conditions climatiques sont propices à l’installation de parcs éoliens off-shore. Les zones de développement des énergies renouvelables sont souvent éloignées du réseau existant et des centres de consommation. Leur production est rarement égale aux besoins locaux de consommation. Le réseau de transport d’électricité permet d’acheminer la production de ces énergies renouvelables aux endroits où on en a besoin, que ce soit localement, plus loin en France ou même en Europe. En mutualisant les moyens de production d’énergie renouvelable à l’échelle de l’Europe, le réseau lisse leur intermittence et valorise leur contribution tout en maintenant en continu l’alimentation électrique lorsqu’il y a peu ou pas de vent ou de soleil.

Comment ça marche ?

Pour mettre en œuvre cette solidarité électrique entre territoires, nous nous appuyons sur trois éléments :

  • Le maillage du réseau électrique, qui irrigue l’ensemble du territoire métropolitain. Nous possédons le plus grand réseau d’Europe, avec plus de 105 000 km de lignes.
  • Les interconnexions entre les lignes et avec les pays frontaliers : elles sont indispensables pour optimiser le système électrique à l’échelle européenne. Nous comptons 50 liaisons transfrontalières. Nous en développons régulièrement de nouvelles, par exemple une ligne souterraine Piémont-Savoie qui renforcera les échanges d’électricité avec l’Italie.

Des outils performants pour favoriser les sources de production les plus économiques, renforcer la sécurité d’alimentation et rendre le réseau plus intelligent.

Les points clés

  1. 1

    Mutualiser les moyens de production et les profils de consommation

  2. 2

    Compenser les inégalités temporaires entre les territoires

  3. 3

    Valoriser la production des énergies renouvelables, dont la production est intermittente et souvent éloignée des zones de consommation

Vidéo

Découvrez nos autres sites

Info Travaux

Les Smartgrids

Répondre aux enjeux de demain